par

Montpellier sur le toit de l'Europe !

Michaël Guigou peut jubiler : le capitaine soulève le deuxième trophée du club. @StéphanePillaud
Le MHB est éternel ! Quinze ans après son premier titre, Montpellier est de nouveau sur le toit de l'Europe en battant Nantes en finale à la Lanxess Arena de Cologne (32-26). Fantastique. Magique. MONTPELLIER EST CHAMPION D'EUROPE !

Oui, Montpellier est ÉTERNEL. Irréel et pourant si réel. Un rêve devenu réalité. Issu des poules basses, le MHB a envoyé valser tous les pronostics : Barcelone, Flensburg, Vardar Skopje et Nantes pour conclure sont tombés. Montpellier est sacré. Les larmes de Patrice Canayer porté par l'ensemble du groupe sur le podium, la danse de Mamdouh sur le parquet à quelques secondes de la fin de la finale. Le club et ses milliers de fans exultent. Le temps s'arrête. Certains ont les yeux rouges d'émotions pendant que d'autres craquent. Diego Simonet est élu le meilleur joueur du Velux EHF Final 4. 

Quinze ans après le premier titre, Patrice Canayer et Michaël Guigou récidivent de la plus belle des manières. Quel bonheur. L'ivresse de sensations fortes, un déferlement de joie magnifique d'un groupe authentique. Une bande de potes. Montpellier revient de loin. Très loin. Mais il n'a jamais cessé d'être un club craint et respecté en Europe. Au point de verser des larmes ce dimanche 27 mai 2018. Une date qui restera gravée à vie. Pour l'éternité. 

 

Exceptionnel Montpellier !

Pendant 60 minutes, le MHB est fantastique. Vincent Gérard est une forteresse imprenable (12 arrêts en première période), Nikola Portner ce suppléant idéal si excellent devant Lazarov au jet de sept mètres avec deux arrêts (27e et 40e), Ludovic Fabregas est impérial dans le bloc central, Mamdouh chauffe la salle avec ses trois buts et Melvyn Richardson envoie Montpellier avec trois buts d'écart à la mi-temps (16-13).

L'investissement est total. Le retour en force des Nantais à la sortie des vestiaires n'a pas perturbé la sérénité héraultaise. Tout comme le K.-O. de Diego Simonet qui a rencontré un "bus" en la personne de Feliho (29e) et Valentin Porte l'épaule de Nicolas Claire (41e). Sonnés pendant quelques minutes, les deux arrières reviendront sur le parquet, la rage au ventre. Montpellier est conquérant, vaillant. Magnifique. Le suspense est haletant. Diego Simonet rate la balle du + 3 sur un tir à bout portant (24-22, 48e). Derrière, Nantes égalise. Puis Richardson, Truchanovicius, Mamdouh et Simonet remettent les pendules à l'heure et font vibrer les 500 suporters montpelliérains : 29-24. Exceptionnel !

Montpellier ne sera plus rejoint. Bras dessus, bras dessous, l'ensemble de la délégation danse sur le podium devant toute l'Europe. Montpellier savoure. Place à la fête ! Et quelle fête...

Une magnifique victoire, celle de tout un groupe. @StéphanePillaud

Patrice Canayer (entraîneur de Montpellier, au micro de beIN Sports) : "C'est magnifique ! On a grandi tous ensemble. La compétition, c'est un résumé de la vie. On a surmonté les épreuves. C'est un grand moment par rapport à tout ce qu'ont fait les joueurs. Cette équipe a réussi à marquer de son empreinte. J'ai une pensée à Vincent Narducci."

Valentin Porte (arrière de Montpellier, au micro de beIN Sports) : "En club, je n'avais encore jamais rien gagné. La médaille, en fait, elle est lourde (rires). Ce premier titre, en coupe d'Europe, c'est un rêve de gosse. C'est dur à expliquer. C'est fabuleux."

Diego Simonet (meneur de jeu de Montpellier et MVP du Final 4, au micro de beIN Sports) : "Le seul trophée qui compte n'est pas le mien. Un Argentin qui gagne une coupe d'Europe, c'est un truc de fou. On est une équipe jeune. Quand on joue bien, c'est là où on est le mieux."

Théophile Caussé (ailier droit de Montpellier, au micro de beIN Sports) : "Je ne réalise pas encore. Je suis super heureux. Je n'arrive pas à réaliser ce qu'on a fait."

Vid Kavticnik (ailier droit de Montpellier au micro de beIN Sports) : "C'est extraordinaire. Je n'ai pas les mots. Merci à tous les copains, on l'a bien mérité !"

Les statistiques de Montpellier
Gardiens 
Vincent GERARD : 16 arrêts dt 0/1 pen.
Nikola PORTNER : 3 arrêts dt 2/4 pen.

Buteurs
Diego SIMONET : 4/4
Kyllian VILLEMINOT 
Théophile CAUSSÉ
Jonas TRUCHANOVICIUS : 1/3
Michaël GUIGOU : 3/3
Melvyn RICHARDSON : 4/6
Vid KAVTICNIK : 5/6 dt 4/4 pen.
Baptiste BONNEFOND : 0/2
Jean-Loup FAUSTIN : 1/2
Ludovic FABREGAS : 6/6
Valentin PORTE : 0/5
Arnaud BINGO 
Mohamed SOUSSI : 1/1
Mohamed MAMDOUH : 5/5

Les statistiques de Nantes
Gardiens 
Cyril DUMOULIN : 9 arrêts dt 0/1 pen.
Arnaud SIFFERT : 0/3 pen.

Buteurs
Romain LAGARDE : 2/4
Romaric GUILLO 
Nicolas CLAIRE : 2/4
Olivier NYOKAS : 2/3
Dominik KLEIN : 3/4
Dragan PECHMALBEC 
Nicolas TOURNAT : 0/4
Rock FELIHO 
Julian EMONET 
Jerko MATULIC 
Kiril LAZAROV : 6/9 dt 1/3 pen.
Eduardo GURBINDO : 4/6 dt 2/2 pen.
David BALAGUER : 4/7
Espen-Lie HANSEN : 3/4

@StéphanePillaud

Le résultat de la petite finale : 

Paris Saint-Germain / Vardar Skopje 29-28

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies