par

Coupe de France : Incroyable Montpellier !

©PatriciaSports
L'équipe de Patrice Canayer crée la sensation en s'imposant face au PSG (32-31) en quart de finale de la Coupe de France. Exceptionnel de volonté en défense et de maîtrise en attaque, le MHB se hisse dans le dernier carré et s'en ira à Chambéry début avril pour une place en finale.

Les poings en l'air, les regards rieurs. Les visages marqués, aussi, d'un sublime succès. Au Palais des Sports, c'est la fièvre du dimanche soir. René-Bougnol, cet écrin si magnifique et chargé d'histoire replonge dans l'ivresse d'une belle sensation. Après son élimintation en Ligue des champions, Montpellier a réagi de la plus belle des façons : en éliminant le PSG, tenant du titre et en se qualifiant pour les demi-finales, à Chambéry. Récit d'une soirée pas comme les autres.

Une vraie bataille. Les premières minutes sont d'une grande intensité physique mais également technique et tactique. Le MHB est au rendez-vous, poussé par le 8e homme de René-Bougnol. Vincent Gérard est présent dans les cages, Afgour s'emballe dans la zone offensive, Caussé amorce les premières remontées de balle après un but concédé, Truchanovicius et Grébille excellent en défense. C'est ce dernier qui permet au MHB de mener pour la première fois au score (3-2, 3e). Puis le puissant PSG reprend les choses en mains avec notamment l'arrière droit Stepancic (5-7, 11e). On craint alors le pire, mais rien n'y fait. Montpellier est en mode guerrier. Grébille, toujours lui, termine une magnifique série de 6-1 (11-8), c'est tout le Palais des Sports qui exulte. L'impossible devient accessible. Le PSG est contraint de poser un temps mort (21e). Le MHB est euphorique. Gérard arrête un penalty de Gensheimer (22e). L'atmosphère devient dantesque. L'efficacité offensive parisienne repose sur deux hommes dans les vingt-trois premières minutes : Stepancic (4) et Gensheimer (5). 

Grâce à Michaël Guigou, le MHB prendra un net avantage avec quatre buts d'avance (16-12, 28e).

Le meilleur match de l'année ?

Vincent Gérard est à 33% d'arrêts à la mi-temps (7/21 arrêts) et en attaque, l'efficacité est aussi eu rendez-vous : 70% (16/23). Montpellier est bien. Il maîtrise la rencontre. Richardson garde l'avance (17-14, 31e) et Porte s'y met avec détermintation (19-16, 33e). Le compteur tourne. Thierry Omeyer remplace Rodrigo Corralès dans les buts. Le PSG envoie toutes ses forces dans la bataille. Montpellier répond avec tout ce qu'il a dans ses tripes. Truchanovicius ne rate pas l'engagement du milieu de terrain qui se transforme par un tir dans le but vide du PSG (23-20). Puis Gérard. Exceptionnel Gérard. Une sanction de deux minutes à l'encontre de Soussi. Et cet arrêt sur un penalty de Hansen du gardien montpelliérain... Dans la foulée, Richardson parvient à marquer sur le côté gauche de la base arrière (24-20, 41e). Énorme. Paris pose un temps mort. Que dire de l'arrêt de Gérard, encore une fois, et ce but de 40 mètres de Guigou dans la seconde...

Plus rien n'arrête Montpellier. Valentin Porte est en feu (29-26, 52e). Michaël Guigou donne son corps et sa... tête en défense (55e). Paris joue à sept dans le champs. Il tire ses dernières cartouches. En exemplaire capitaine, Valentin Porte s'en va en contre-attaque : 31-27. Ultime temps mort du PSG. Il reste 4 minutes et 30 secondes. Le PSG revient à une unité à deux minutes de la fin. C'est irrespirable. Arrêt de Gérard, Valentin Porte, une nouvelle fois marque dans le but vide... Le chaudron bouillonne. Le MHB élimine le PSG. 

L'équipe de Patrice Canayer ira à Chambéry pour les demi-finales de la Coupe de France.

©PatriciaSports

Les réactions d'après-match : 

Patrice Canayer (entraîneur du MHB) : "J'ai un profond respect pour la qualité du travail de Raul Gonzalez partout où il est passé et notamment pour la qualité de jeu de Paris. J'apprécie le travail et la personne. On a essayé de se mettre à la hauteur d'une équipe qui est dans le Top 2, 3 ou 4 européen. Nous avons une certaine régularité pour être second du championnat et qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de France. On a haussé notre niveau de jeu, on a réussi à les pousser jusqu'au bout. Battre Paris n'est pas un exploit. L'exploit, c'est si on gagne la coupe."

Raul Gonzales (entraîneur du PSG) :  "Je félicite Montpellier, les joueurs et le staff. Il y a eu de la fatigue chez nous mais Montpellier a très bien joué. On voulait gagner tous nos matches, mais c'est très difficile. On savait que Montpellier avait de très bons joueurs et que ce ne serait pas facile."

 

Les statistiques de Montpellier
Gardiens 
Vincent GERARD : 11/38 arrêts dt 2/6 pen.
Nikola PORTNER : 0/4 arrêt dt 0/1 pen.

Buteurs
Kyllian VILLEMINOT 
Théophile CAUSSE : 2/3
Jonas TRUCHANOVICUS : 3/3
Mathieu GREBILLE : 2/4
Michaël GUIGOU : 3/3
Fredric PETTERSSON : 3/4
Melvyn RICHARDSON : 7/12 dt 3/3 pen.
Vid KAVTICNIK 
Baptiste BONNEFOND : 1/1
Jean-Loup FAUSTIN 
Valentin PORTE : 8/14
Benjamin AFGOUR : 3/4
Mohamed SOUSSI 
Mohamed MAMDOUH 

Les statistiques de Paris
Gardiens 
Rodrigo CORRALES : 2/18 arrêts dt 0/2 pen.
Thierry OMEYER : 9/21 arrêts dt 0/1 pen.

Buteurs
Uwe GENSHEIMER : 7/8 dt 3/4 pen.
Luka STEPANCIC : 4/6
Adama KEITA 
Sander SAGOSEN : 2/2
Henrik TOFT HANSEN : 4/4
Nedim REMILI : 5/11
Luc ABALO : 5/7
Robin DOURTE 
Luka KARABATIC 
Viran MORROS 
Mikkel HANSEN : 4/8 dt 2/3 pen.
Nikola KARABATIC
Kim EKDAHL DU RIETZ 
Dylan NAHL 

Les résultats des quarts de finale : 
Dunkerque / Aix-en-Provence 26-23
Chambéry / HBC Nantes 36-33
Nancy / Saran 33-29

Les demi-finales : 
Chambéry / MHB
Nancy / Dunkerque

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies