par

Vincent Gérard : « Tellement incroyable »

@GuillaumeBresson
Il fait partie des gardiens légendaires du club. Après deux passages (2006-2008 et 2015-2019), Vincent Gérard rejoint la saison prochaine le PSG non sans une émotion certaine. À Montpellier, le gardien comptabilise 8 titres dont une Ligue des champions qui lui resteront gravés à vie. Sur le parquet, il est un leader, un taulier depuis ses cages. Il est arrivé tout jeune en 2006, il s’est aguerri à Istres puis Dunkerque avant de revenir en Hérault en 2015. Il s’en va en laissant au club une empreinte indélébile. Sa légende contribuera au « Hall of Fame » du club. Merci Vincent et bonne route vers Paris.

Ton premier jour au MHB

« Je revenais de l’équipe de France jeunes en 2006. Mon premier entraînement était au gymnase Olympie et j’étais un peu intimidé à l’époque car j’étais tout jeune. De voir tous ces grands joueurs m’a impressionné. Je me souviens d’une passe à dix où Bojinovic m’avait engueulé car j’avais perdu un ballon. J’étais un peu dans mes petits souliers à ce moment-là (rires.)

Ton match le plus fou

De tête, je dirais le but que je prends à la dernière seconde du milieu de terrain contre Saint-Raphaël à Bougnol il y a trois ans (perdu 27-28, Lynggaard engage en tirant à trois secondes de la fin du match). Je fais 21 arrêts pendant le match et je prends ce dernier but… C’est sans doute le truc le plus fou. 

Ta prestation la plus accomplie

Je pense que ce sont les deux quarts de finale de Ligue des champions l’an dernier contre Flensburg. On les a joués deux fois en une semaine et j’ai fait deux très bons matchs. Je pense que ce sont les deux prestations les plus abouties.

Ta prestation la plus « nulle »

Je dirais Toulouse cette année à la maison pour le quart de finale de la Coupe de la Ligue. On gagne quand même mais je ne fais pas d’arrêt (0/11). Le seul truc bien que je fais, c’est une interception mais je perds la balle derrière. Tu as l’impression de faire comme tous les autres jours, mais ça ne se passe pas pareil (rires.)

Ton ou tes coéquipier(s) qui t‘ont le plus marqué sur le parquet

En tant que talent, il y a Mika (Guigou), forcément. Après, ça remonte une peu plus et avec mon regard de jeune joueur de l'époque, je pense à Greg (Anquetil) qui était aussi capable de faire des choses incroyables. Ils m’ont donné du fil à retordre à l’entraînement. Je me souviens que Greg me disait : « Viens, on va faire des tirs et je vais te marquer un 10/10. » Il marquait dans des angles impossibles et il avait une confiance en lui qui lui permettait de tout tenter. 

Ton ou tes coéquipier(s) qui t’ont fait le plus rire

Avec Vid (Kavtcinik), on rigole beaucoup. Après, on a beaucoup rigolé à l’époque avec Cédric Burdet. C’était un ancien mais j’avais passé de bons moments au club avec lui. 

Ta meilleure année en dehors des parquets

Je pense que c’était l’an dernier. On a vécu des trucs forts tous ensemble. On a beaucoup partagé et vécu en dehors du handball. On était tout un groupe où on échangeait énormément ensemble. Après un match, je crois que c‘était à Zaporozhye (Ukraine), on était sortis tous ensemble. Ce sont des moments sympa. 

Ton anecdote la plus drôle

Une fois, on était sortis en Ukraine, je ne sais plus où c’était. On était dans un bar, on n’était pas très nombreux. Dans mes souvenirs, il y avait Jure (Dolenec), Jonas (Truchanovicius), Mika (Guigou) et moi. On avait mangé des oreilles de porc. C’était une spécialité que Jonas connaissait. Puis après, on a voulu payer des shooters aux gens du bar et ils nous ont fait un espèce de mélange bizarre bleu-vert, je ne sais plus. Si on cherche une comparaison, on se serait cru dans « Les bronzés font du ski ». Ça nous a fait mal à la tête quelques temps après. 

Ton titre le plus prestigieux

La Ligue des champions, forcément. Je n’ai pas eu la chance d’être champion de France lors de mon deuxième passage à Montpellier. Mais la Ligue des champions, c’est un titre auquel les gens ne s’attendaient pas forcément. Ç’a été d’une force incroyable. Le fait qu’on élimine en huitième, quart et demi les trois précédents vainqueurs, qu’on joue Nantes en finale qui élimine Paris, c’était incroyable. J’ai encore le souvenir qu’avant le Final Four, on était montés sur l’estrade pour se présenter et les supporters parisiens chantaient : « On est champions, on est champions ». C’était un moment pas cool. Un moment un peu dur. Mais après, ce bonheur de gagner la Ligue des champions, c’était tellement incroyable. On savait qu’on avait une bonne équipe mais la Ligue des champions demande tellement de choses le jour J qu’on ne savait pas où on allait. On n’était pas programmé pour gagner puis voilà où ça nous a amené...

Ton émotion la plus intense

C’était la semaine de la victoire en Ligue des champions. C’est un peu facile mais entre l’émotion négative avec la perte du titre national le mardi soir qui a été très forte et l’émotion positive du gain de la Ligue des champions le week-end, c’était une semaine chargée. Le plus fatiguant, c’est la semaine de fête qui a suivi. 

Ton voyage le plus dingue

On en a fait quelques uns (rires.) On ne remerciera jamais assez Benjamin Terme pour tous ces beaux voyages. Je crois qu’une fois, on fait Montpellier-Lyon en bus. Lyon-Munich, Munich-Varsovie et Varsovie jusqu’à Kielce (Pologne) en bus. Un voyage de 15h ou 16h.
Ce qu’on peut dire aussi, c’est qu’on connaît par coeur l’aéroport d’Istanbul. C’est « The place to be » pour les handballeurs montpelliérains. Maintenant, on a nos petites habitudes, on connait les bars. C’est assez incroyable.

Ce qui va le plus te manquer au MHB

C’est compliqué à dire. On se rend compte de ce que l’on perd. Les coéquipiers, la vie à Montpellier, les moments de joie et de bonheur vécus avec tous les joueurs. 

Ce que l’on peut te souhaiter à l’avenir

Ce qu’on peut me souhaiter : continuer à être heureux dans la vie. Que mes choix que j’ai pu prendre sont les bons et surtout continuer à m’épanouir pleinement dans ma carrière. Ça passe par gagner des titres, continuer à jouer au handball et découvrir d’autres personnes d’univers différents.

Palmarès

Historique club :

SMEC (FRA) > 2006 / Montpellier (FRA) 2006-2008 / Istres (FRA) 2008-2010 / Dunkerque (FRA) 2010-2015

Au MHB depuis : Juillet 2015

Palmarès avec le Montpellier HB : 

Ligue des Champions (1)

Championnat de France (1)

Coupe de France (2)

Coupe de la Ligue (3)

Trophée des Champions (1)

" On se rend compte de ce que l'on perd "
©EHF
©SPillaud
©SPillaud
©PatriciaSports
©GuillaumeBresson
©MHB
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies