par

Michaël Guigou, l'au-revoir d'un champion

©Patriciasports
« L’un des plus grands », « légende », « emblématique ». Les mots en disent longs sur Michaël Guigou. En 1999, le petit ailier gauche de 17 ans débarque en Hérault dans ses petits souliers mais avec un immense potentiel. Il repartira en 2019 avec 38 titres sur les 42 glanés par le MHB. Pour beaucoup, il fait partie de l’un des plus grands joueurs de l’histoire de Montpellier. Son nom trônera sur le « Hall of Fame » du Montpellier Handball, ce mur des légendes où les noms prestigieux sont gravés dans le marbre.

Le numéro 14 s'élève dans l'historique chaudron. Bougnol est silencieux. Le maillot trône juste à côté du numéro 8 de Frédéric Anquetil. Après son ultime match face à Pontault, les projecteurs étaient orientés vers Michaël Guigou, au centre du terrain. Le 14 lui appartient désormais ppour l'éternité. Il ne laissera personne indifférent. À jamais. Le passage du "petit lutin d'Apt", fait partie des plus belles histoires que le sport moderne peut dévoiler. "Mika", ce génie. Ce talent à l'état pur capable à lui seul de faire lever les foules, de marquer des buts extraordinaires dont lui seul a le secret. Comme ces derniers buts qu'il inscrit devant un Palais des Sports plein à craquer : feinte de tir et shoot dans le dos, chabala, etc. Une panoplie infinie. En 20 ans, le virevoltant ailier gauche aura franchi la barre symbolique des 1.000 buts et s’est surtout forgé un palmarès hors du commun avec 38 titres (sur 42 du club) dont deux Ligues des champions. 

Pour retracer le fil de son histoire, il débarque dans l'Hérault en 1999 par la porte de derrière avec quelques craintes d'un monde nouveau. Son immense potentiel se confirme en un véritable talent aux yeux de tous. Il en sortira avec un palmarès hors du commun sous les feux des projecteurs lui qui n'aime ni lumière, ni paillettes dorées. "J’ai vécu de belles rencontres, de beaux exemples de valeurs de sport comme peuvent l’être Laurent Puigsegur et Fred Anquetil, assure Michaël. Les belles rencontres avec Franck Junillon, Geoffroy Krantz, David Juricek, Julien Serrano, Damien Kabengélé, Damien Scaccianocce, Vid Kavticnik, Vincent Gérard, Nikola Karabatic…"

"Je retiendrais tout l'amour que j'ai eu"

Plus qu’un handballeur, le jeune adolescent est devenu un homme au fil des années. Il s’est construit avec des valeurs qui ne l'ont jamais quittées. De 17 à 37 ans, Michaël Guigou laissera à jamais une trace indélébile dans l'histoire du Montpellier et du handball français. "Je retiendrais tout l’amour que j’ai eu des supporters durant ces dernières semaines, je voudrais les remercier. Ils ont fait une soirée pour nous remercier, une soirée simple et sympa. C’était très touchant. Je les remercierai jamais autant pout tout ce qu’ils nous ont donné."

Après le match face à Pontault, le jeudi 6 juin, Michaël Guigou referme une dernière fois la porte du Palais des Sports René-Bougnol avec une immense émotion. Ce n’est pas une page qui se tourne, mais un livre qui se ferme. Un livre où l’histoire est magique écrite entre un club légendaire et un génie. Ce génie dont la lumière n'est pas prête de s'éteindre à Montpellier. 

©PatriciaSports

Hommages

Robert Molines

président de 1997 à 2011

« Mika est passé par le centre de formation du club et il en sort un joueur emblématique du MHB. Il aura sans nul doute marqué son histoire. Il est doté d’une technique individuelle hors norme et un talent fou. Tout le monde se souvient du fameux but marqué, ici à Bougnol lors de la finale retour de Ligue des champions contre Pampelune en 2003. Il avait mis un merveilleux but, dos tourné, au-dessus de la zone. Au final, c'était la première victoire majuscule du club. Mika nous quitte, on est triste. Toutes les belles histoires ont, hélas, une fin. »

©SPillaud
©SPillaud

Andrej Golic

Demi-centre de 1992 à 2006

« Mika fait partie des joueurs emblématiques et légendaires de Montpellier de par sa longévité et ses performances. Il a eu son importance à chaque titre que Montpellier a gagné ce qui fait qu’il est l’un des plus grands joueurs de Montpellier. Quand je l’ai vu débarquer à Montpellier, ce n’était pas forcément prévu. Il s’est trouvé en concurrence avec un Suédois qui était annoncé comme un grand renfort. Il ne l’a pas été. Pour son premier match, Mika a planté sept ou huit buts. Il fallait être aveugle pour ne pas voir que ce gamin était pétri de talent. Il n’a pas cessé de le prouver tout au long de sa carrière. Montpellier en a profité, lui aussi. C’est certainement l’un des plus grands joueurs de Montpellier de tous les temps. »

Laurent Puigsegur

pivot du MHB de 1990 à 2006

« C’est un petit génie. On l’a rapidement vu à 17 ans avec l’équipe professionnelle. On sentait déjà qu’il faisait des choses un peu bizarre, différentes des autres joueurs. Ça s’est vérifié très rapidement. J’ai beaucoup aimé le jeu de Mika. C’est un joueur très altruiste, qui distille des passes décisives à sa convenance. À chaque fois qu’il a le ballon, il peut être spectaculaire. C’est vraiment un joueur de handball que j’apprécie beaucoup. À chaque fois que je lui dis que c’est une légende, il me dit aussi que j’en suis une (rires.)  C’est le genre de joueur qui a marqué sa génération. Je le mets dans la même case que Nikola Karabatic, Thierry Omeyer ou Luc Abalo. Ces quatre-là ont fait rêver de générations que ce soit en équipe nationale ou en club. Après, personnellement, c’est quelqu’un que j’aime beaucoup. Je suis véritablement déçu qu’il ne puisse pas finir sa carrière à Montpellier mais je lui souhaite plein de bonne choses avec Nîmes. On partage les mêmes valeurs dans le sport. Mika restera gravé à jamais dans l’histoire du club et que je suivrai avec Nîmes. »

©SPillaud
©EHF

Ludovic Fabregas

pivot de 2011 à 2018

« Mika est un super joueur mais c'est aussi une personne qui m'a beaucoup aidé à vivre certains moments au début de ma carrière. Il a été toujours là pour être à mon écoute et pour essayer de m'aider au maximum. C'est une personne que j'apprécie énormément en dehors des terrains et pour qui j'ai beaucoup de respect. Le nombre de titres qu'il a gagné est énorme. En plus, il les a gagnés avec le même club. C'est pour dire sa fidélité au club de Montpellier... Et surtout le niveau d'exigence qu'il a su garder en club et en équipe nationale. C'est un modèle car il a marqué l'histoire du handball français. Il a toujour travaillé et il est toujours resté le même. Il a toujours fait le maximum pour sa carrière et sa vie de famille, c'est pour ça aussi qu'il est resté à Montpellier. Même quand c'était compliqué, il n'a pas changé ses valeurs. Il est resté toujours très concentré et impliqué.  »

Cédric Burdet

arrière droit du MHB de 1995 à 2003 et de 2006 à 2009

« 20 ans dans un club, surtout aujourd'hui, c'est quand même extraordinaire. 20 ans de titre, les chiffres parlent d'eux-mêmes. Dans plusieurs moments de sa carrière, Mika aurait pu partir ailleurs et a fait le choix de rester à Montpellier par amour du club et d'autres obligations. Il aime ce club et a donné tout ce qu'il a pu que ce soit en club ou avec l'équipe nationale. Pour moi, Mika, ç'a été toujours le talent à l'état pur. C'est quelqu'un qui peut arriver avec une semaine d'entraînement et jouer la Ligue des champions directement. Il a un talent naturel qui est juste extraordinaire. C'est l'inverse de moi car je travaillais comme un fou pour arrive en forme au meilleur des moments (rires.) »

©PatriciaSports
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies