par

L’Elite Val d’Oise Handball à Montpellier

MHB
Safwann Khoudar, entraineur au club de l’Elite Val d’Oise (entente entre le club de Saint Gratien et de Franconville), club partenaire de la MHB Academy depuis 2 saisons, a rendu visite cette semaine au staff montpelliérain et aux joueurs de l’équipe fanion. « Un programme dense et une belle expérience où le partenariat prend tout son sens ». Sans détour, l’entraineur de cette équipe de nationale 1 accepte de faire part de son expérience.

Quelle est l’objet de votre présence aujourd’hui au Montpellier Handball ?
Nous n’avons pas de match en ce moment en N1 et j’avais envie de continuer à apprendre. Nous avons la chance d’avoir un partenariat avec le MHB et l’envie de le faire vivre pendant cette période un peu plus creuse pour nous. Je continue donc à me former et je cherche à créer une plus-value entre les 2 clubs. On a réfléchi avec Patrice Canayer, Manager du MHB et David Degouy, entraineur adjoint et coordonnateur de l’Academy de ce qu’on pouvait faire pour trouver un intérêt pour nos deux clubs.

L’objectif est-il technique ou structurel ?
Il y a un enjeu sportif et technique qui est de partager et de mutualiser des compétences : sur des stages de jeunes par exemple, des échanges entre les entraineurs, de la formation de cadres et de joueurs. L’objectif pour le MHB est de pouvoir rayonner dans d’autres région et notamment la région parisienne où le bassin de clubs et donc de handballeurs est très conséquent.

C’est votre première fois ici à Montpellier ?
J’étais déjà venu dans le cadre d’une formation fédérale, j’ai donc eu l’occasion de découvrir un peu le club. Mais dans le cadre d’une démarche personnelle, c’est la première fois.

Qu’est-ce que cette semaine de formation a pu vous apporter personnellement et pour votre club ?
Ça m’a permis de découvrir comment cela fonctionne, pendant une semaine avec deux matchs à domicile : un match de coupe d’Europe (face à Magdeburg) et un match de championnat (face à Ivry), dans le cadre d’une pratique intensive de haut niveau. Il est intéressant pour moi de voir comment le club est structuré avec ses différents projets comme l’Academy  ou sa politique RSE. Ce sont des choses qui me parlent car cela fait partie de la structuration d’un club, il ne peut pas se concentrer que sur le sportif, il doit s’ancrer sur le territoire avec des partenaires, des institutions … Le club de Montpellier a une vraie image, une histoire et il a des compétences construites autour de Patrice Canayer, le manager général.

De ton point de vue extérieur, qu’est ce qui fait la plus-value de Montpellier par rapport aux autres clubs ?
Je pense que c’est la performance et la durabilité de cette performance : le club a toujours réussi à rester au plus haut niveau malgré les hauts et les bas. La réflexion de Patrice Canayer se base sur la performance à long terme et c’était intéressant d’échanger avec lui. Concernant l’organisation, peu de clubs ont cette ambivalence à la fois basée sur l’entreprise et sur le sportif. Le club de Montpellier est novateur dans pleins de domaines et je m’intéresse à cette démarche.

Par rapport à l’environnement de l’équipe professionnelle que vous avez pu observer, qu’aimeriez-vous apporter à votre équipe ?
Le fonctionnement des blocs d’entrainements, j’aimerais faire le même volume mais en plus resserré : comme le bloc du matin de 9h à 13h. C’est intéressant de voir en quoi ce modèle apporte une optimisation de la performance. C’est une autre manière de voir les choses. De plus c’est toujours enrichissant d’assister à une séance animée par Patrice Canayer car je pense qu’il est de loin le meilleur entraineur en France.

Qu’en est-il du Championnat en N1 aujourd’hui ?
Nous avons joué seulement 5 matchs cette saison et actuellement, il n’y a plus de championnat. Mais nous avons la chance d’avoir une convention de haut niveau pour pouvoir continuer à s’entrainer tous les jours. On fait des matchs amicaux contre d’autres centres de formation comme Tremblay, Ivry ou encore le PSG. Le projet pour la saison prochaine est de monter en Proligue.

Aujourd’hui, on dit que les clubs de haut niveau veulent garder une certaine confidentialité concernant la manière dont il s’entraine, la manière d’appréhender le jeu ou encore le management d’une équipe, comment voyez-vous le fait que Montpellier vous ouvre les portes et partage en toute transparence ses compétences ?
C’est formidable de pouvoir partager tout cela. Il y a eu des échanges à tous les niveaux stratégiques du club. J’ai pu voir le centre de formation, l’aspect médical, l’aspect entrainement ou encore échanger sur les finances, l’économie du club, le marketing. Je trouve que c’est une bonne chose de transmettre et c’est aussi le rôle d’un très grand club comme celui de Montpellier que de partager son savoir-faire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies